Dernière Escale – Sandra Martineau

sandra martineau DE

Voici un roman qui m’a fait découvrir l’écriture d’une auteure. Je l’ai lu il y a quelques temps et je souhaitais vous le faire connaître.

« Dernière escale » de Sandra Martineau est un roman à suspense qui commence à bord de ce bateau de croisière. On nous présente les différents personnages de cette famille en crise dont le père, ex-footballeur, qui souhaite faire la paix avec son épouse et profiter de ses enfants. Mais le paquebot débarquera-t-il autant de passagers qu’il en a embarqués ?

La première partie de ce livre pose l’histoire et nous livre les activités quotidiennes des parents et des enfants (une petite fille et un fils en pleine  adolescence). Des amitiés vont naître.

La seconde partie à davantage retenue mon attention car il se passe des choses pas ordinaires. Je me suis fait embarquer dans une drôle d’intrigue qui m’a mené très loin. L’auteure a de l’imagination. Elle bouscule ses personnages qui sont victimes d’évènements inquiétants. Une tension s’installe pour ne plus vous lâcher. Très beau style de l’auteure !

Une très bonne intrigue qui vous manipulera jusqu’au final. Je ne peux vous en dire plus pour ne pas spoiler l’histoire. Une auteure à découvrir !

4ème de Couv

Richard, ex-footballeur pro dont la carrière a pris fin après de multiples scandales, embarque avec femme et enfants sur le Cruise Constantino pour une croisière d’une semaine. C’est le voyage de la dernière chance pour renouer avec son épouse de plus en plus distante, renouer avec son fils, un ado grincheux et profiter enfin de la petite dernière, seul membre de la famille bien disposée à son égard. L’ex-star du Barça, encore auréolée de son prestige, est accueillie en VIP. Les passagères lui font les yeux doux, un journaliste le poursuit pour tenter de décrocher un ou deux scoops, le commandant le reçoit, la voyante du bord l’intrigue…

Bref, la croisière ne demande qu’à s’amuser, mais l’ex-joueur, obnubilé par le souvenir de l’enlèvement de sa sœur, n’a qu’une obsession, surprotéger sa très jeune fille, proie idéale selon lui pour les prédateurs de tout poils gravitant dans les coursives. Quand un détective, interloqué par ses agissements paranoïaques et ses réactions incohérentes vient proposer ses services à ce père anxieux, l’angoisse va croissante. Chaque escale apportant par ailleurs son lot d’événements plus inquiétants les uns que les autres. Le paquebot débarquera-t-il autant de passagers qu’il en a embarqués ?

Biographie

Sandra-Martineau_9970Née à Saint-Brieuc en 1978, Sandra Martineau a passé toute sa jeunesse dans ville de Saint-Brieuc. Après un bac ES, elle entame des études de droit durant lesquelles elle profite de son temps libre pour perfectionner sa passion pour la photo et réaliser deux expos. Ses études de commerce international l’amènent ensuite à Vannes. Installée dans la Sarthe depuis onze ans, elle n’en oublie pas pour autant s Bretagne natale.

Écrire n’est pas son métier, mais après avoir gagné le prix de nouvelles Louis Guilloux au lycée, elle se risque à continuer dans cette voie, d’abord en écrivant des scénarios, ensuite en les adaptant en manuscrits. Trop souvent envahie d’idées, c’est le temps qui lui manque pour écrire. Sportive de nature, elle est aussi quelqu’un d’hyperactif, qui combine la gestion d’une entreprise, l’éducation de ses deux enfants et l’écriture.

Publicités
Publié dans Lectures | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

L’Appel du néant – Maxime Chattam

chattam1

Tueur en série…

Traque infernale.

Médecine légale.

Services secrets….

Terrorisme.

La victoire du Mal est-elle inéluctable ?

Ce thriller va détruire vos nuits et hanter vos jours.

C’est le troisième volet mettant en scène le personnage de Ludivine Vancker après la conjuration primitive et la patience du diable.

Ce que j’en pense…

Il y a deux parties dans ce livre.

La première partie nous présente un tueur en série en action et l’enquête qui va suivre. Cette partie est très prenante et addictive. Pour moi la plus réussie. J’ai aimé retrouver le style de l’auteur au meilleur de sa forme.

Le personnage de Ludivine Vancker est particulièrement bien travaillé. Sa personnalité est multiple, avec ses doutes sur une vie normale et équilibrée, son caractère bien trempé. C’est une profileuse hors pair. Elle va devoir faire face à de nombreuses épreuves durant cette intrigue. Va-t-elle tenir le choc ?

La seconde partie du livre est axée sur le terrorisme. C’est un sujet d’actualité et la France a eu sa part d’horreur et de désolation sur son sol ces dernières années. Je vous laisse découvrir seuls le déroulement de l’histoire.

Enfin, Maxime Chattam arrive à relier les deux parties et relance la machine. La traque continue avec diverses pistes explorées. Je dois dire que cette seconde partie m’a moins convaincu et était moins surprenante.

Par contre, le final est de toute beauté et l’auteur a su me surprendre encore. Bravo pour cette épilogue bluffante et inattendue !

Pour conclure, je dirais que j’ai aimé la plume de Maxime Chattam mais que son livre m’a laissé sur ma faim. Un avis mitigé, certes, mais un bon thriller quand même. A vous de vous faire votre avis !

L’appel du néant – éditions Albin Michel – Sortie : 8 novembre 2017

Biographie

photo maxime chattam

©Jean-François Robert

Maxime Chattam est né le 19 février 1976 à Herblay, dans le Val-d’Oise, à Paris.

Maxime Chattam et Maxime Williams sont des pseudonymes de Maxime Guy Sylvain Drouot, romancier français, spécialisé dans le roman policier.

Au cours de son enfance, il fait de fréquents séjours aux États-Unis: sa première destination en 1987 est Portland dans l’Oregon, ville qui lui inspirera son premier roman. Rêvant d’abord d’être comédien, il suit le Cours Simon, devient figurant dans un spectacle de Robert Hossein et joue dans plusieurs téléfilms.

Il fait plusieurs petits boulots pendant plus de deux ans et reprend ses études de Lettres modernes. Il écrit « Le cinquième règne » à cette époque puis fin 1999, devient vendeur de romans policiers à la FNAC. « Le Cinquième règne » est publié bien plus tard, en 2003, sous le pseudonyme de Maxime Williams.

Il suit une formation en criminologie pendant un an à l’Université de Saint-Denis. Durant cette année, il apprend les rudiments de la psychologie criminelle, de la police technique et scientifique et de la médecine légale.

Toujours libraire, il consacre ses week-ends à son projet de thriller. Il rédige « L’âme du mal » en 2001, qui est publié l’année suivante chez Michel Lafon. Signé du pseudonyme de « Chattam », en référence à une petite ville de Louisiane, le livre crée la surprise et conquiert rapidement un public. Ce roman devient le premier volet de la « Trilogie du mal, » suivi de « In Tenebris » (2003) et « Maléfices » (2004).

Marié à l’animatrice Faustine Bollaert depuis 2012, il est père d’une fille née en 2013 et d’un garçon né en 2015.

 

Publié dans Lectures | Tagué , , , , , | 5 commentaires

Tension extrême – Sylvain Forge

tension extreme livre

L’histoire…

Aux limites du virtuel et de la réalité, les nouvelles technologies conduisent parfois à la folie ! Des cyberattaques paralysent la PJ de Nantes, infiltrent l’intimité des policiers et cernent une ville où le moindre objet connecté peut devenir une arme mortelle.

Alors que les victimes s’accumulent, une jeune commissaire à peine sortie de l’école et son adjointe issue du « 36 » affrontent ensemble un ennemi invisible. Toutes les polices spécialisées seront mobilisées pour neutraliser la nouvelle menace de la science complice du crime.

Ce que j’en pense…

J’ai déjà lu des polars de Sylvain Forge tels que : « Un parfum de soufre » ou « Pire que le mal ». Ces polars m’avaient plu par leur intrigue, leur suspense. Et bien je dois dire qu’avec « Tension extrême », l’auteur frappe fort ! Ce polar high tech est une tuerie ! Pas de temps mort ! Pas une page inutile ! Place à l’efficacité !

J’ai été agréablement surpris par le rythme rapide de l’intrigue digne d’un thriller et par la technologie high tech omniprésente. Grâce à l’informatique et ses programmes ou virus, des hackers sont capables de planter toutes les bases de données informatiques de la PJ de Nantes. Et même plus !

Mais je vous laisse découvrir l’ampleur de la menace réelle qui plane sur nous tous dès lors que nous possédons des appareils connectés comme des smartphones, portables, tablettes… Si un appareil chez vous est relié à internet par un capteur quel qu’il soit, vous êtes en mesure d’être espionné ! Big Brother vous observe et ce n’est pas de la science-fiction ! Bienvenue au 21ème siècle !

Sylvain Forge mérite son prix du Quai des Orfèvres 2018. Son style s’est affiné avec le temps. Et ce polar va à 100 à l’heure ! Toutes mes félicitations à l’auteur ! Et vous mes amis, précipitez-vous sur ce polar high tech ! Vous ne le regretterez pas, parole de lecteur !

Prix du Quai des orfèvres 2018 ~ Éditions Fayard ~  Sortie Poche : 15 novembre 2017

Publié dans Lectures | Tagué , , , , | 3 commentaires

Les loyautés – Delphine de Vigan

delphine de vigan ll

Les destins croisés de quatre personnages : Théo, enfant de parents divorcés ; Mathis, son ami, qu’il entraîne sur des terrains dangereux ; Hélène, professeure de collège à l’enfance violentée, qui s’inquiète pour Théo ; Cécile, la mère de Mathis, qui voit son équilibre familial vaciller. Une exploration des loyautés qui les unissent ou les enchaînent les uns aux autres.

« Les loyautés » de Delphine de Vigan est un très bon roman sur l’enfance et l’adolescence violentée physiquement ou psychologiquement. Un regard très juste sur la société, notamment sur les enfants de couples divorcés. Faut-il toujours tout dire aux parents ? Une histoire développée dans un style très aérien et positif. Les personnages de cette histoire prennent vie devant nous et deviennent très vite attachants. L’empathie nous gagne.

J’ai passé un très bon moment de lecture qui m’a semblé trop court mais intense en émotion, la faute à ce livre de seulement 200 pages. J’aurais aimé un roman plus long. Si vous ne connaissez pas encore la plume de cette auteure, je ne peux que vous conseiller de vite rattraper cet oubli. Personnellement, j’ai dévoré tous ses ouvrages, tous excellents.

Mon roman préféré de Delphine de Vigan reste « Rien ne s’oppose à la nuit » suivi de  « No et moi », « Jour sans faim » et « les jolis garçons ». « Un soir de décembre » parle du couple. « Les heures souterraines » est un très bon roman mais très sombre. « D’après une histoire vraie » m’a étonné par son traitement expérimental qui flirte avec le thriller. Vivement un nouveau roman de Delphine d’au moins 400 pages !

Biographie

*EXCLUSIF*PARIS: "La Grande Librairie" sur France 5

Née à Boulogne Billancourt, le 01/03/1966. Delphine de Vigan est une romancière française. Son premier roman, « Jours sans faim » est paru en 2001 aux éditions Grasset sous le pseudonyme de Lou Delvig.

En 2007, « No et moi » reçoit le Prix des Libraires. Ce « roman moral » à succès sur une adolescente surdouée qui vient en aide à une jeune SDF a été récompensé par le prix du Rotary International 2009 et par le Prix des libraires 2009. Il a été traduit en vingt langues et une adaptation au cinéma a été réalisée par Zabou Breitman, film sorti en novembre 2010.

En 2011, elle obtient le prix du roman Fnac, le Prix Roman France Télévisions et le Prix Renaudot des Lycéens pour « Rien ne s’oppose à la nuit, » ainsi que le grand prix des lectrices Elle 2012.

En 2015, elle a publié un nouveau roman « D’après une histoire vraie » couronné par le Prix Renaudot et le Prix Goncourt des Lycéens. Le roman est adapté pour le cinéma par Roman Polanski avec Éva Green et Émmanuelle Seigner.

Mère de deux enfants, elle vit avec le critique littéraire, reporter et animateur d’émissions culturelles de radio et de télévision, François Busnel.

Publié dans Lectures | Tagué , , , , , | 2 commentaires

Olivier Norek – Entre deux mondes

olivier norek livre

Avec « Entre deux mondes », aux éditions Michel Lafon, Olivier Norek nous offre un récit poignant qui oscille entre espoir et désespoir. Une immersion dans la « Jungle » de Calais, deux mois avant la décision de son démantèlement. Un livre dont on ne sort pas indemne.

4ème de Couv’

« Adam a découvert en France un endroit où l’on peut tuer sans conséquences. »

Ce que j’en pense…

J’ai d’abord été déçu de ne pas retrouver Victor Coste, notre capitaine du SRPJ du 93 et le héros de « Code 93 », « Territoires » et « Surtensions », trois polars que j’ai adoré.

Olivier Norek aime prendre des risques et nous offre un focus sur un autre thème : la vie des migrants dans la « Jungle » de Calais, avec d’autres flics et d’autres personnages. Et il s’en sort très bien, son livre est une réussite.

L’auteur nous ouvre les yeux sur ces hommes, ces femmes et ces enfants qui fuient leurs pays en guerre pour rester en vie. Il nous fait vivre la réalité des conditions de traversée de la méditerranée des migrants, entassés dans des embarcations de fortune surchargées.

Les survivants de ce périple de plusieurs milliers de kilomètres échouent à Calais, en France, dans une zone appelée la « Jungle ». C’est une zone de non-droit où la police ne s’aventure pas. Ces migrants sont au moins 10 000 personnes à vivre au jour le jour. Vous découvrirez leurs conditions de vie.

De prime abord, ce n’est pas un sujet qui m’attire pour une lecture. Mais je dois avouer que ce livre d’Olivier Norek m’a très vite happé. J’ai plongé dans cet univers qu’est la « Jungle » de Calais que l’on croit connaître par les reportages télévisés. Mais la vérité qu’on nous montre n’est que la surface des choses et non la réalité de vie de ces hommes et de ces femmes.

La force de ce livre est qu’il nous fait vivre de l’intérieur le parcours de plusieurs migrants. Cela nous les rend attachants et l’on se trouve très vite en empathie avec eux. Et l’on veut savoir s’ils vont s’en sortir et ainsi avoir une chance de gagner le pays de leur rêve.

Plus vous avancez dans cette histoire, plus la tension est palpable. Personne n’est à l’abri de rien. Un crime va être commis. Mais comment retrouver l’assassin ?

Vous allez rencontrer deux flics que tout semble opposer : un français, Bastien Miller, tout juste muté du commissariat de Bordeaux à celui de Calais et Adam Sarkis, un flic syrien, un migrant récemment arrivé dans la « Jungle » de Calais, à la recherche de sa femme et de sa fille. Ceux-ci vont devenir amis.

Vous ferez surtout la connaissance d’un jeune garçon soudanais, Kilani, un être qui a déjà beaucoup souffert dans sa prime jeunesse. Je suis sûr que vous l’aimerez très vite.

L’équipe de flics du commissariat de Calais est aussi intéressante à découvrir. Ce sont des hommes et des femmes qui côtoient les migrants quotidiennement. Ces policiers, qui ont une famille, font leur travail le mieux possible en essayant de rester humains. Ils ont en grande partie les mains liées et ne font qu’appliquer les ordres de l’État français. Cela est souvent frustrant et vous découvrirez pourquoi.

Pour l’écriture de ce roman, Olivier Norek est allé voir sur place les conditions de vie des migrants dans cette « Jungle » de Calais. Il a interrogé des hommes et des femmes ayant connu les horreurs de la guerre qui ont accepté de se livrer. Il a parlé avec des bénévoles humanitaires, des flics de Calais, des Renseignements et des journalistes.

Ce roman inclassable d’Olivier Norek ne pourra vous laisser indifférent. Une fois refermé, il vous laissera au cœur une empreinte indélébile. Et vous vous souviendrez longtemps du personnage d’Adam et du jeune Kilani.

coup-de-coeur_violet

Biographie

NOREK_7a9e5fe41648afe8197916c8d64ce043Olivier Norek est lieutenant de police à la section Enquête et Recherche de la Sous-Direction de la Police Judiciaire (SDPJ) en Seine Saint-Denis (93).

Après deux ans dans l’humanitaire, il devient gardien de la paix à Aubervilliers, puis rejoint la PJ au service financier, puis au groupe de nuit chargé des braquages, homicides et agressions.

Après avoir réussi le concours de lieutenant, il choisit Bobigny au sein du SDPJ 93, à la section enquêtes et recherches (agressions sexuelles, enlèvement avec demande de rançon, cambriolage impliquant un coffre-fort…).

Il écrit quelques textes et participe en 2011 à un concours de nouvelles. Il décide de se mettre en disponibilité pour écrire son premier roman « Code 93 », un polar réaliste qui nous plonge dans le quotidien des policiers en Seine-Saint-Denis.

« Territoires », présenté en exclusivité à l’occasion du 6ème Festival International des Littératures Policières de Toulouse Polars du Sud, est la suite de « Code 93 ». Son 3ème livre, « Surtensions », paraît en 2016. Il obtient le prix du polar européen du magazine Le Point.

Il a travaillé à l’écriture de la sixième saison d’Engrenages. Les droits de ses romans sont déjà acquis en vue d’être portés à la télévision pour y être déclinés en série.

Publié dans Lectures | Tagué , , , , | 8 commentaires

Pas de printemps pour Éli – Sandrine Roy

lynwood miller t2

L’histoire…

Lynwood Miller, le retour ! Le beau mais ténébreux ex-GI coule le parfait amour avec la jeune, belle mais très curieuse Éli. Tous deux profitent béatement des douceurs de l’été pyrénéen lorsqu’un coup de téléphone vient rompre cette quiétude : le père de Lynwood est décédé. L’ancien membre des forces spéciales américaines va devoir retourner au Texas pour l’enterrement.

Il va lui falloir aussi révéler à ce qui reste de sa famille qu’il n’est pas mort depuis vingt ans ! Sa fiancée est, bien sûr, du voyage. Tout juste arrivé dans le ranch familial pour les obsèques, le couple découvre que des truands font pression sur James, le frère de Lynwood, qui doit juger – et condamner – un redoutable trafiquant de drogue…

Chantage, assassinat, enlèvement, poursuites, massacre, rien ne manque à cette nouvelle aventure de Lynwood Miller au pays des cow-boys et… du gaz de schiste !

Il faudra toute la détermination et les compétences particulières de l’ancien soldat et les pouvoirs quelque peu stupéfiants d’Éli pour sauver leurs proches des agissements de la pègre. Suspense, amour, rebondissements et pouvoirs extraordinaires garantis.

Ce que j’en pense…

Après avoir adoré le premier roman de Sandrine Roy « Lynwood Miller » paru en 2016 (chronique ici), je me suis plongé avec envie dans « Pas de printemps pour Éli », la suite des aventures de Lynwood Miller.

Attention ! De mon point de vue, il faut absolument avoir lu le roman précédent pour apprécier cette suite à sa juste valeur. Les relations que tissent Lynwood et Éli sont la conséquence du sauvetage in-extrémis d’Éli par Lynwood dans le premier tome.

J’ai été heureux de retrouver aussi Simon, l’ami de Lynwood, un cyber-informaticien qui est d’une aide précieuse dans les enquêtes de l’ex-GI. Sa vie personnelle évolue dans ce second opus et c’est très bien.

Dans cette suite, j’en ai appris plus sur le passé de Lynwood, aussi bien du point de vue professionnel que personnel. Cela le rend plus humain et attachant. Les retrouvailles avec son frère sont touchantes.

De nouvelles révélations sur Éli m’ont scotché et un peu inquiété… Je vous en laisse la surprise. Car Éli est forte et faible à la fois. Mais c’est une battante !

J’ai bien aimé l’emprise psychologique qu’Éli réussie à avoir sur Lynwood. Elle arrive toujours à ses fins. Cela m’a offert des moments de rire et d’émotions.

De nouveaux pouvoirs ou facultés d’Éli vont se révéler très utiles dans cette enquête ou des truands font pression sur James, le frère de Lynwood. Que de ressources chez cette jeune femme !

Comme James habite dans un ranch du Texas, il y a un élevage de chevaux et des cow-boys. J’ai adoré cette parenthèse poétique apportée par l’auteure. Un très beau moment gravé dans ma mémoire…

Bienvenue dans un roman policier mais pas que… L’amour et le fantastique sont aussi au rendez-vous pour notre plus grand plaisir !

Sandrine Roy nous offre un récit captivant qui mêle drame familial, histoire d’amour et enquête policière. Tout se fond harmonieusement pour notre plus grande joie.

Sandrine Roy a su créer un univers original plein de fantaisie. L’écriture de l’auteure est fluide et légère, hors du temps. Elle sait nous dépayser en nous menant vers de nouveaux horizons.

Merci à l’auteure pour ces instants magiques. Si vous souhaitez vous détendre, laissez-vous séduire par Lynwood Miller. Vous ne le regretterez pas, parole de lecteur !

(Thriller – Editions Lajouanie – 245 pages –Sortie broché: 15 septembre 2017)

 

Biographie

Sandrine Roy 1

Sandrine Roy est née à Bordeaux. Elle vit à Montauban où elle supporte l’équipe de rugby. Elle travaille dans un collège. Elle a commencé à écrire dès qu’elle a su tenir un stylo et est une grande lectrice, elle adore ses collègues de plume dont Sam Millar, Fred Vargas, Pierre Lemaitre…

 En 2016, Sandrine Roy nous offre son premier roman « Lynwood Miller ». En 2017, « Pas de printemps pour Eli » est le deuxième épisode des aventures de Lynwood Miller. Merci aux éditions Lajouanie pour la découverte de cette auteure.

Publié dans Lectures | Tagué , , , , , , , | 1 commentaire

LE VIDE – Patrick Senécal

le vide 1

L’histoire…

Pierre Sauvé. À l’orée de la quarantaine, veuf, père d’une fille de vingt ans. Sergent-détective à la police municipale de Drummondville, il enquête sur un quadruple meurtre qui toutes les apparences d’un crime passionnel.

Frédéric Ferland. Début de la cinquantaine, divorcé, père de deux adultes qu’il ne voit guère, il cherche depuis des années l’excitation ultime, celle qui donnera un sens à son existence et à la vie en général, qu’il a toujours trouvée terne. Psychologue, il exerce sa profession dans la ville de Saint-Bruno.

Maxime Lavoie. Trente-sept ans, célibataire, idéaliste… et milliardaire. Il y a deux ans, il a quitté ses fonctions de président de Lavoie inc. pour devenir le producteur et l’animateur de Vivre au Max, l’émission de télé-réalité la plus controversée de l’heure… mais aussi la plus populaire.

Trois hommes différents, trois existences que tout sépare. Or, contre toute attente, leurs chemins se croiseront bientôt et leur vie en sera bouleversée à jamais. Tout comme celle de milliers de gens… tout comme la vôtre !

UN THRILLER PUISSANT ET PERCUTANT !

Patrick Senécal nous offre un thriller de 736 pages qui se lit à vitesse grand V ! Les chapitres sont volontairement dans le désordre pour maintenir un suspense jusqu’à la fin. Et quel final ! Je vous laisse la surprise !

L’émission de télé-réalité n’est qu’un prétexte pour aller le plus loin possible dans les rêves et les fantasmes des participants et les téléspectateurs en sont les voyeurs.

Mais l’histoire principale se joue dans le parcours de vie de Max Lavoie avec ses expériences et interrogations. Il s’est forgé une philosophie de vie qu’il essaie d’appliquer au jour le jour.

La vie personnelle de Frédéric Ferland, psychologue, n’est pas facile tous les jours. Celui-ci sera partie prenante dans cette intrigue. Il croisera la route de max et du flic Pierre Sauvé.

Pierre Sauvé est Sergent à la police de Drummondville. Il va enquêter sur des meurtres violents qui le forceront à s’interroger sur les participants de cette tuerie. Qui sont-ils et quelles sont leurs motivations ?

Mais cette intrigue va beaucoup plus loin qu’une simple enquête pour meurtre et vous le découvrirez bien assez tôt. La première partie du livre est assez conventionnelle mais ça ne va pas durer. L’histoire va s’épaissir et se complexifiée rapidement.

Plus vous avancerez dans ce livre, plus vous chercherez à savoir la suite et les motivations de chacun des protagonistes. Le suspense et la tension psychologique vont monter crescendo. Les évènements qui se succèderont vous surprendront et le dénouement final vous scotchera !

Ce roman noir du Québécois Patrick Senécal est extrêmement bien construit et le final est glaçant ! Après avoir lu « Aliss » et « Hell.com » du même auteur, je considère « Le Vide » comme son meilleur livre.

( Thriller – Fleuve éditions – 736 pages – Sortie Poche : 11 mai 2017 – Sortie broché : 12 novembre 2015 )

coup-de-coeur_violet

BIOGRAPHIE

Patrick-Senecal_9515Né au Québec en 1967, Patrick Senécal a ouvert une voie à part dans le monde du thriller. Il s’est ainsi acquis un public fidèle au Canada, où ses livres sont des best-sellers.

Un succès couronné en France du Prix Masterton du meilleur roman fantastique pour Sur le seuil, et au Canada du Prix Boréal du meilleur livre pour Aliss, son troisième roman publié chez Fleuve Éditions, après Le Vide (2015) et Hell.com (2016).

Publié dans Lectures | Tagué , , , , | 10 commentaires